{Avis} Le Parc jurassique de Michael Crichton

Résumé

Le parc jurassique michael crichton photo coralie fouriau

Photo prise par l'auteure du site.

SCIENCE-FICTION

 

Une petite île du Pacifique perdue dans le brouillard. Un vieillard milliardaire qui réalise enfin son rêve : créer le parc d’attractions le plus original du monde. Une entreprise américaine spécialisée dans la recherche génétique en particulier, le clonage, qui travaille d’arrache-pied et dans le plus grand secret à récréer des dinosaures : en tout, quinze espèces différentes, au comportement prétendument inoffensif. Un triomphe scientifique qui tourne au désastre lorsque le jeune paléontologiste Alan Grant, un des premiers visiteurs du parc, rencontre l’inconcevable…

Une formidable course poursuite de vingt-quatre heures pour éviter le pire. Voici enfin, avec Le Parc jurassique, un formidable thriller sur les possibilités infinies de la technologie et de la génétique d’aujourd’hui. Mais vouloir dominer la nature est un rêve dangereux.


À noter : "Paléontologiste" est normalement inapproprié en français, le terme anglais "paleontologist" doit être traduit en français en "paléontologue" - Valéoraptor.

L'auteur

Michael Crichton est un auteur américain de science-fiction, scénariste et producteur de films. Il a commencé sa carrière de romancier tôt dans sa vie afin de financer ses études sous les noms de plume John Lange, Michael Douglas et de Jeffery Hudson. Pour ne citer que quelques exemples, il a écrit le scénario de Twister et il est l'auteur du Royaume de Rothgar adapté en film avec le titre Le 13e guerrier. Quant au Parc jurassique, il fait sa sortie en 1990.


Si vous voulez obtenir plus d’informations sur lui, voici son site : www.michaelcrichton.com.

La p'tite éval'

A. La couverture

Très sobre, fond noir avec illustration rouge qui annonce la couleur. Elle correspond très bien au thème traité.

B. La forme

J’ai vu très peu d’erreurs et celles relevées tenaient surtout de l’inattention. La mise en page est correcte.

C. Le fond

Assez technique dans la première partie de l’œuvre. Les renseignements sont plutôt bien dosés. Le lecteur peut suivre, comprendre et visualiser l’aventure sans être noyé dans un flot d’informations incompréhensibles. Après, tout dépend si l’on est curieux d’apprendre un nouveau domaine ou pas du tout.

 

Les points positifs

  • Captivant : les actions et l’ambiance nous tiennent en haleine jusqu’à la fin du roman.
  • Recherché : les informations sont nombreuses. On voit clairement que l’auteur s’est renseigné pour préparer son livre. Toutefois, pour les données concernant la paléontologie, je ne suis pas experte donc j’aurais du mal à détecter une bonne ou mauvaise information.
  • Les tableaux/graphiques : il n’y a pas d’illustrations dans le roman, excepté des tableaux et graphiques. J’ai été assez surprise car c’était la première fois que je voyais cela dans un roman. Cependant, j’ai beaucoup apprécié parce qu’on pouvait suivre les scènes comme si on était vraiment avec les personnages. On n’y pense pas mais cela est une bonne idée lorsque l’occasion de présenter ce genre de document se présente. Il y a également quelques explications via les personnages en termes d’analyses. Nous avons aussi les pages au commencement de chaque partie, les pages ITÉRATION. Celles-ci m’ont beaucoup intriguée, je cherchais à comprendre ce que c’était mais à part de l’art abstrait, je ne voyais pas ce que représentait l’image. Mais Valéoraptor m’a expliqué que "les figures mathématiques en page de chaque itération se complexifient au fur et à mesure de l’avancée dans l’histoire, annonçant le chaos de l’intrigue." Et là tout de suite, on y voit plus clair. Merci pour tes lumières Valéo’. En parallèle, j’avais remarqué que la figure prenait de plus en plus de place sur la plage mais malgré les citations de Ian Malcolm, j’avais du mal à comprendre. Je n’ai pas vraiment l’esprit mathématicien, j’ai mieux compris les explications ADN car j’avais suivi une formation médicale au lycée.
  • Les intrigues qui s’enchaînent naturellement très bien. Il n’y en a pas une où on se dit "tiens, il y a ça là et je ne comprends pas ce que l’auteur a voulu faire". Non, il y a une logique même si les faits semblent spontanés.

 

Les points négatifs

  • Un peu long à se mettre en route, soyez patient. En effet, il y a un passage il y a les justifications de l’équipe d’InGen, une phase interrogatoire où les visiteurs cherchent à comprendre le fonctionnement de cette entreprise car, il faut se l’avoir, les risques sont assez énormes pour une pareille finalité.
  • Des réactions parfois étranges de la part des professionnels InGen. Dans cette première partie, l’équipe réfute sans cesse le fait que le parc pourrait avoir un problème, aussi bien John Arnold que Henry Wu. Néanmoins, cet entêtement a provoqué une grosse catastrophe car quoi qu’on l’en pense, le risque zéro n’existe pas.
  • Les scènes un peu cruelles. Je mets ce point parmi les négatifs cependant, j’aimerais tout de même y ajouter un bémol. En lisant un roman sur les dinosaures, surtout en présence de carnivores, il ne faut pas s’attendre à ce que tout se passe pour le mieux. Sinon, il n’y aurait pas d’histoire et s’il y a histoire, on se dirait "mais qu’a fait l’auteur ?" Néanmoins, j’ai trouvé que certaines morts étaient un châtiment disproportionné par rapport aux faits que l’on pouvait reprocher aux personnages. Mais comme sous-entendu plus haut, il n’y a pas plus imprévisible et dangereux qu’un animal captif s’étant échappé de son enclos ; "et surtout d’un animal disparu auquel on ne connait pas grand-chose finalement, surtout en termes de comportement" ajoute Valéoraptor. On tombe sur un carnivore affamé, c’est la mort assurée.
     

La rigueur scientifique, par Valéoraptor (Président de l’Association Paléosphère)

"Si tu veux rigueur scientifique (côté paléo) un avis rapide : dans l'ensemble, les informations sont correctes pour l'époque du roman. Il y a des erreurs justifiées (le vélociraptor qui n'est pas un vélociraptor mais un Deinonychus dans la forme, la taille etc. Mais le nom vélociraptor a été gardé pour des raisons scénaristiques et dramatique, selon l'auteur), et des erreurs "classiques" de l'époque (la langue bifide de lézard/serpent chez le T. rex ou d'autres dinosaures, c'est exclu aujourd'hui car ce sont des groupes trop éloignés). Le Parc Jurassique reste une bonne référence paléontologique à "encrer" dans son temps. Comme les espèces, la paléontologie évolue, les informations depuis ne sont plus toutes à jour, mais elles ne gâchent en rien le plaisir de lecture."

Si vous voulez voir sa chaîne : Valéoraptor.
Et voici celle de l’association : La Paléosphère.

 

Mon avis

Le Parc jurassique est un roman que j’ai aimé lire malgré quelques scènes un peu sanglantes ; attention si vous êtes sensible comme moi. Déjà parce que la paléontologie est un domaine qui suscite la curiosité de beaucoup de monde (dont la mienne), mais aussi à cause de cette aventure prenante et originale. Oui, originale car très différente du film de Steven Spielberg. Si vous ne l’avez pas encore lu, ne croyez pas qu’il s’agisse juste du film au format papier. Le film est une adaptation du roman. Les scènes sont donc différentes, voire très différentes et le roman n’a rien à envier au film. Disons que les deux versions se complètent bien. Toutefois je suis restée sur ma faim. Pour moi, il manquait encore quelques pages. Mais j’aurais peut-être les informations manquantes dans le prochain roman Le monde perdu.

 

Par ce livre, j'ai pu remarquer à quel point certains êtres humains n'assument pas leurs actes, ou s'enferment dans leurs idées utopiques au détriment de la sécurité du public, au point même de le mettre en danger ; tandis que d'autres cherchent à connaître la vérité et à protéger la nature et les hommes. La question éthique est souvent relevée. Ah ! et autre chose, je n'ai pas apprécié qu'on rabaisse autant les herbivores, comparés à des chevaux stupides. Ils ne le sont pas plus qu'un autre animal de cette époque, à mon humble avis.

J'ajoute un autre point parce qu'il m'a laissé perplexe quand j'ai lu l'index. Il m'arrive de le lire avant d'entamer la lecture. J'avais remarqué qu'un titre revenait souvent à la charge et c'était la première fois que je voyais cela. Fainéantise de l'auteur ? Non, vous savez désormais que Michael Crichton était loin d'être oisif. Les chapitres "Contrôle" servent à changer d'angle de vue, on passe ainsi d'une scène à la salle de contrôle plus facilement. Je termine en disant que le vocabulaire est riche et le style est fluide.

 

Si vous souhaitez vous le procurer, il est disponible sur Amazon et sur la Fnac (en occasion). De nouvelles éditions sont également présentes.

Remerciements

Un grand merci à Valéoraptor pour avoir vérifié cet avis et apporté les corrections nécessaires. J’ai beaucoup apprécié cette collaboration.

Date de dernière mise à jour : 2021-03-02

Ajouter un commentaire

Anti-spam