Fanfictions, entre vérités et préjugés

Par Le 2020-09-26 2

Dans Écriture

Logo portail refuge

Suite à de nouvelles informations, cet article subira une mise à jour.

Introduction

« C'est du vol », « T'as pas d'imagination »,  « Les "vrais" auteurs ne peuvent que détester qu'on fasse ça à leurs histoires », « C'est mal écrit », « C'est écrit par des ados », « C’est cringe », « Triangle amoureux (voir hexagone) et la meuf sait pas choisir », « Plein de Mary Sue (ou Gary Stu) », « C’est facile », « C'est pas quelque chose de sérieux », « Ce n'est pas vraiment de la littérature » ou « C'est de la sous-littérature »…

 

Oh là là ! Qu’est-ce qu’on s’en prend plein la figure, nous les auteur(e)s de fanfictions. Mais pourquoi autant de préjugés ? D’où viennent-ils et sont-ils justifiés ? C’est ce que nous allons essayer de voir. Évidemment, étant moi-même auteure de fanfictions, je ferai souvent le parallèle avec mes histoires.

Définitions

Avant d’entrer dans le vif du sujet, revoyons quelques notions si vous le voulez bien.

 

Une fanfiction, qu’est-ce que c’est ? Selon L’internaute, il s’agit d’une œuvre littéraire qui met en scène des personnages déjà célèbres d'une autre œuvre fictive. La fanfiction est en général écrite par un fan pour donner suite à une œuvre dont il ne veut pas voir arriver la fin. La fanfiction se caractérise souvent par un développement poussé de la psychologie des personnages.

Aussi selon Wikipédia, une fanfiction, ou fanfic (parfois écrit fan-fiction), est un récit que certains fans écrivent pour prolonger, amender ou même totalement transformer un produit médiatique qu'ils affectionnent, qu'il s'agisse d'un roman, d'un manga, d'une série télévisée, d'un film, d'un jeu vidéo ou encore d'une célébrité.

Et qu’est-ce qui définit la littérature ? Selon le CNRTL (Centre National des Ressources Textuelles et Lexicales), la littérature est l’usage esthétique du langage écrit ; ensemble des productions intellectuelles qui se lisent, qui s'écoutent.

 

Que devons-nous en conclure ? Tout simplement que la fanfiction fait bel et bien partie de cette catégorie. En d’autres termes, la fanfiction C’EST de la VRAIE littérature ; que cela vous plaise ou non, j’en suis navrée pour vous. En effet, qu’est-ce qui nous empêche d’utiliser de belles formulations, des descriptions pour donner du relief, des figures de style (même les plus simples) pour embellir notre écriture ? Rien du tout, excepté les connaissances de l’auteur(e) de fanfics et de son propre style. Seulement attention : avoir un style simple n’a rien de dévalorisant. Au contraire, c’est parfois voulu et apprécié par certains lecteurs. C’est pour cela que je précise que l’allure du texte dépend aussi du style d’écriture.

On remet les choses à leur place – Vrai ou Faux

« La fanfiction, c’est du vol. »

Faux. Bien que la Convention de Berne, signée par bon nombre d’États, protège les œuvres originales jusqu’à 70 ans (en France) après la mort de l’auteur(e), il faut savoir que la fanfiction n’est pas interdite. Néanmoins, il faut garder un œil vigilant car tous les auteur(e)s ne sont pas pour ce type d’écriture. On peut même trouver sur Wikipédia dans la partie « La position des détenteurs des droits d'auteur » une liste de personnes refusant la fanfiction sur leurs œuvres. George R. R. Martin (Game of Thrones) y est fortement opposé. [EDIT : je vous ai trouvé une autre source : etude.fanfiction.free.fr/auteurspro). Donc vérifiez bien que l’auteur(e) détenant les droits de l’univers (= fandom) que vous convoitez n’ait pas émis un refus de ce genre avant de commencer votre fanfic. Car là, vous risquez d’avoir de sérieux problèmes. Merci donc de bien vouloir respecter leur souhait parce que leur refus est un droit.

 

D’autres, en revanche, sont favorables et sur la même page Wikipédia (un peu plus bas), une autre liste composée de ces auteurs y figure également. Aussi, certains imposent des conditions de publication. Donc là aussi faites attention. Souvent, les fans mettent un disclaimer en début d’histoire pour avertir qu’ils ne s’approprient en rien l’œuvre originale. Disclaimer du type : je ne gagne pas d'argent en écrivant ces fanfictions et l'œuvre de Saint Seiya est celle de Masami Kurumada.

 

Pour ce qui est de l’argent, la fanfiction a été légalisée en 2013. Il est donc désormais possible de publier sa fanfiction sur Amazon. Les royalties seront réparties entre l’auteur(e) de la fanfiction ET celui ou celle d’origine. Cependant, cette manière de procédé est très réglementée. Il est impossible de publier un crossover par exemple. Et cela tient compte également des conditions citées dans les paragraphes précédents.

 

« C’est une romance avec idole », « Ce n’est que des histoires de sexe », « C’est pour combler un fantasme »

Vrai et Faux. Je ne peux pas dire que ces préjugés sont faux car ils sont réels et peuvent être aisément constatés. Toutefois je nuance en affirmant que cela va dépendre de l’auteur(e) de la fanfic concernée. Tous n’ont pas spécialement envie d’inclure du sexe dans leur histoire. Une fanfiction peut ne pas être simplement superficielle ou émotionnelle. Pour Desideria (fanfiction Saint Seiya de Masami Kurumada),  il est vrai qu’il y a une petite romance avec Camus, seulement elle est plutôt légère, secondaire. Desideria a un rôle au sanctuaire et Shaka s’en est douté même s’il ignore quel a été ce rôle. Saga prenait la défense de Desi’ alors qu’Arlès s’en méfiait ou voulait se l’approprier pour satisfaire ses désirs mais aussi pour être sûr qu’elle ne serait pas un danger pour lui… surveillance oblige.

 

Je veux bien mettre un peu de romance car je vous l’avoue, je m’entraîne sur cet aspect pour éviter d’avoir des gens décapités à toutes les pages. Seulement je garde mon style d’écriture car même dans mes histoires originales, la romance est secondaire. Tout le monde n’aime pas la romance et je respecte cela. Aussi, Saint Seiya est un univers qui demande de l’action. Même dans Portail Refuge Sanctuaire, bien que le ton soit plus doux et dans l’humour, il y en aura aussi. Pas question de se ramollir en mode guimauve ! Et je ne suis pas non plus pour mettre du sexe dans mes fanfics. Je tiens compte du fait que des mineurs peuvent tomber sur mes histoires. Je n’en mets déjà pas dans mes romans, je garde donc la même logique.

 

« C’est mal écrit », « C'est écrit par des ados »

Vrai et Faux. Une fois encore, c’est vrai. Il suffit de lire quelques fanfictions sur Wattpad ou fanfictions.fr (ou .net) pour s’en rendre compte. Mais il faut savoir chercher et donc faire preuve de patience pour dégoter les perles rares. Elles sont noyées dans la masse désastreuse mais à qui la faute ? Celle de l’auteur(e) qui peine à faire connaître son travail rigoureux ? Ou à celle des lecteurs qui se contentent des « contenus fast-food » à l’instar des viewers avec les Youtubeurs ? En effet, nous subissons le même sort que les vidéastes indépendants et de la même manière que les livres autoédités. Pourtant les perles rares sont là, il suffit de les chercher.

 

Sur Wattpad par exemple, le système est (presque) similaire à celui de Youtube. Plus vous lisez des fanfics atroces et plus elles sont mises en avant.

 

Pour ne plus être confondue dans cette masse déplorable, j’ai décidé de poster mes fanfics sur mes sites (ici même et sur PRS). Il est donc fort probable que les perles rares aient pris la fuite comme moi. Au fait, il n’y a pas QUE des adolescents qui écrivent des fanfictions. J’ai 31 ans et j’adore en écrire. Et je pense que je suis loin d’être la seule.

 

« Manque de talent », « Perte de temps », « Manque d’imagination »

Vrai et Faux. Encore une fois, cela va dépendre des compétences de l'auteur(e) de fanfics et de son expérience en la matière. Rappelons un peu ce qu’est le talent. Selon le CNRTL, le talent se définit par une aptitude, capacité particulière, habileté, naturelle ou acquise, pour réussir en société et dans une activité donnée.

 

C’est donc naturel OU acquis. Certains jeunes auteur(e)s, quelque soit leur âge, peuvent commencer par de la fanfiction dans l’objectif de s’améliorer et/ou de trouver leur style d’écriture. Souvent ils demandent des commentaires constructifs car ils considèrent que le projet de fanfic est un entraînement en vue de produire une œuvre originale dans le futur. Le manque d’expérience peut engendrer quelques maladresses, mais ce n’est pas le cas de tout le monde. Aussi, un entraînement n’est jamais une perte de temps… Jamais.

EDIT 09/10/2020 : je rajoute que la fanfic n'est pas uniquement un exercice. Pour certains, écrire de la fanfiction est un but. Ils veulent en écrire et c'est tout aussi respectable. Personnellement, même si je dis que je peaufine l'aspect romance, je ne pense pas H24 à "entraînement non-stop". La fanfiction est également un but pour moi et je veux que l'écriture reste naturelle.

 

 « C’est facile », « C'est nul, tu copies un univers, tu sais pas inventer le tien »

Faux. Vous n’imaginez pas combien d’auteur(e)s de fanfictions ont en réalité des projets originaux à côté. Avant de me lancer dans la fanfic, j’ai sorti un roman fantasy intitulé « Le royaume de Placida » dont vous trouverez les archives ici. Projet abandonné ? Non, au contraire je continue à travailler dessus. Quand mon livre est sorti en 2017, plusieurs lecteurs m’ont demandé si une suite était prévue. J’ai donc fait un brainstorming pour trouver des idées pour une suite, certes, mais aussi une préquelle. « Le royaume de Placida » sera donc un tome 2. J’ai donc créé mon univers (L’univers de Laethion) avant d’exploiter à nouveau celui d’un autre.

 

Oui « à nouveau » car étant plus jeune, je vous le confie, j’avais déjà écrit des fanfictions sur des thèmes divers mais quand je les revois à l’heure actuelle, je me dis « Mais qu’est-ce que j’ai écrit ? C’est quoi ces fautes plus grosses que moi ? Mais pourquoi personne ne m’a rien dit ?? » Dans mon cas, je suis en colère lorsqu’on ne me signale pas une faute. Après, la colère s’estompe vite car j’ai su que des lecteurs ont avoué avoir été agressés par des auteur(e)s qui ne voulaient rien entendre, ils pensaient avoir l’écriture parfaite. Or, il n’en est rien. C’est d’ailleurs en partie pour cette raison qu’on a si peu de retour sur notre travail, à notre grand regret, nous auteur(e)s rigoureux. Ce n’est pas normal d’agresser les personnes bienveillantes qui veulent vous aider à évoluer ; que ce soit pour une fanfiction ou pour un projet original. C’est même intolérable ! Je relis souvent mes articles et chapitres à la recherche de fautes à corriger. J’ai même investi récemment dans le Robert Correcteur pour balayer le plus d’erreurs possible. Mais rien ne vaut l’œil avisé de l’homme.

 

Aussi, pour en revenir au sujet, dois-je vous rappeler qu’on écrit sur un univers déjà existant ? Savoir exploiter un univers déjà construit n’est pas chose aisée. Il ne s’agit pas d’écrire des phrases les unes à la suite des autres. Il n’y a qu’un vrai fan pour faire les recherches nécessaires et trouver un autre angle de vue afin de bien ficeler une histoire originale. Pour reprendre Desideria, c’est ce que j’ai fait en abordant les points de vue du sanctuaire d’Athènes au lieu d’avoir celui des chevaliers de bronze. Sinon certes, cela aurait fait copier-coller. Mais écrire des fanfics comme cela ne m’intéresse pas. Avec cette histoire, j’avais la possibilité de retrouver les chevaliers d’argent et d’imaginer ce qu’il avait pu ressentir lors de la perte de chacun de leurs pairs : de l’incompréhension, de la colère, de la tristesse. Même Desi’ était fâchée contre les chevaliers de bronze et Hyôga l’a bien senti dans son regard. Elle qui est, à la base, d’une extrême gentillesse. « C’est facile » ? Non, c’est un travail différent d’une fiction originale.

La motivation de l’auteur(e) de fanfiction

Il y a une chose dont je dois vous parler à présent, c’est de la motivation de la personne derrière tout cela, l’auteur(e) de fanfiction. C’est un fan, d’où le terme fan-fiction. C’est-à-dire selon le Larousse un admirateur enthousiaste, passionné de quelqu'un, de quelque chose.

 

Vous ne pouvez pas dire que ces auteur(e)s-là, ceux qui sont rigoureux, n’écrivent pas par passion. Ils auront autant de sérieux et de plaisir à écrire une fanfic qu’à écrire leur œuvre originale. Ils empruntent un univers dans le but d’en prendre soin et de le respecter autant que possible. Ils mettent leur casquette de Sherlock Holmes en quête du moindre indice pouvant apporter une valeur ajoutée à leur fanfiction afin de se démarquer de ceux qui entachent la réputation de celles-ci. Écrire sur Saint Seiya, Harry Potter, Le Seigneur des Anneaux (ou un autre fandom que vous adorez) est loin d’être aussi facile qu’on le croit. Nous avons conscience que nous seront lus par d’autres fans et nous ne devons pas les décevoir. Cela nous met une pression énorme sur les épaules.

 

Pour être franche avec vous, j’ai écrit sur le thème de Saint Seiya parce que c’est un shōnen que j’ai adoré redécouvrir malgré ses failles. Je me sers de ces dernières pour écrire dessus. Qui peut me dire comment Marine a eut la présence d’esprit d’aller dans un lieu strictement interdit aux chevaliers (sous peine de mort) ? L’ambiance était des plus pesantes au sanctuaire. Pourquoi prendre le risque de se faire tuer (et par la même occasion de ne plus pouvoir aider son élève) sans même avoir l’assurance de trouver une réponse au Star Hill ? C’était un très grand risque. Une des réponses paraît dans Desideria ; mais il peut y en avoir bien d’autres.

 

J’utilise la fanfiction également pour faire connaître mon style d’écriture. Ce contenu est gratuit, les lecteurs n’ont pas besoin de payer pour me connaître, ni pour savoir s’ils vont être déçus par mon style ou pas. Cela me permet aussi de faire connaître mon propre univers par le biais des fanfictions crossover telles que La sentinelle de Laethion, Le périple d’Enliana ou Portail Refuge Sanctuaire. Et pour ce dernier, j’ai une organisation de dingue tellement le projet est titanesque. Plus un projet est grand et plus les incohérences s’incrustent facilement. Il faut de l’attention, beaucoup de recherches, de la rigueur, de l’organisation et de la patience pour un tel travail. Néanmoins je donne les informations avec parcimonie sinon je ne ferai plus aucune vente étant donné que les lecteurs connaîtraient tout de mon univers. Donc je garde quelques secrets. Il m’arrive même de chercher bien au-delà de l’univers de Saint Seiya. Ce fandom est un des plus complexes de par la variété des personnages. Il faut chercher dans leurs cultures, dans leurs origines pour imaginer des réactions naturelles. Un personnage venant d’Inde n’aura pas les mêmes réactions qu’un européen dans certaines situations. Et il faut en tenir compte pour que la fanfic soit un minimum réaliste, cohérente, captivante.

En somme

J’espère que je vous ai ouvert les yeux sur ces écrits. Dans ce domaine, il y a les bons auteur(e)s et il y a les mauvais. Malheureusement, les bons pâtissent pour les autres. Vous pouvez continuer à détester les fanfics, c’est votre droit. Mais si vous êtes curieux, s’il vous plaît, cherchez plus loin que le bout de votre nez. Vous découvrirez certains trésors. Merci d’avoir lu l’article jusqu’au bout, passez une bonne journée.

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Commentaires

  • Maritza

    1 Maritza Le 2020-09-26

    Super article honnête et sourcé ! Je suis d'accord il y a beaucoup de préjugés que je peux comprendre tout comme le fait que certains auteurs refusent qu'on écrive des fanfics. C'est bien écrit et bien réfléchi tout ce que tu dis ! Merciiiiii. ❤
    Coralie Fouriau

    Coralie Fouriau Le 2020-09-26

    Merci beaucoup. Pour le coup, j'ai vraiment bûché pour cet article. xD Mais il le fallait pour le rendre crédible avec les sources et les arguments apportés. J'espère que les gens comprendront mieux la fanfiction.

Ajouter un commentaire

Anti-spam