Interview de M.A. St-Pierre, jeune romancière

Ma st pierre2

 

Son site web : mast-pierre.e-monsite.com

 

Je vous présente M.A. St-Pierre, une romancière de 27 ans qui nous vient du Québec au Canada. Je remercie l’auteur d’avoir participé à mon interview.

 

Tout d’abord, parlons un peu du parcours professionnel.

 

As-tu fait des études littéraires ?

Non.

Peux-tu nous dire quelques mots sur ton parcours professionnel ?

DEP signifie Diplôme d’Étude Professionnel. J’ai eu ce diplôme dans le domaine « Préposée aux Bénéficiaires en Établissement de Santé. J’ai fait un an de Cégep dans le cours Technique d’Éducation à l’Enfance.

 

Très bien, voyons maintenant tes débuts dans l’écriture.

 

Depuis quand écris-tu ?

Depuis que j’ai 15-16 ans environ.

Quelle est ton expérience dans l’écriture ?

J’ai seulement mon expérience personnelle, j’ai acquis mes compétences en lisant, en faisant des recherches et en m’exerçant. Chaque histoire commencée dans le passé est devenue une expérience de plus.

Quand as-tu décidé d’écrire ton propre roman ?

Depuis mes 15-16 ans. Mais je ne terminais jamais ce que je commençais jusqu’à récemment par manque de confiance en soi. Que voulez-vous ? D’un autre côté, c’est une chance que je n’aie pas été publiée avant, car je n’avais pas encore le niveau.

Quel(s) genre(s) de romans écris-tu ?

De tout mais surtout du fantastique ou de la fantasy. Aussi il y a toujours de la romance qui s’installe à petits feux (une éternelle romantique, je sais).

Pourquoi ces styles en particulier ?

Parce que cela me permet de m’évader de la réalité je suppose ; et de laisser aller mon surplus d’imagination. Et quand je parle d’imagination, mon puits est sans fond.

 

Parlons à présent de la publication à la promotion. D’abord la publication :

 

Quel est le dernier titre que tu as publié ?

Cydartha - Médiums Voyageurs (référencé seulement sous le titre de Cydartha).

Cela a été difficile d’être publiée ?

Oui. Pour ma part, c’était surtout des problèmes administratifs et les maladresses de débutante qui m’ont freinée. Mais ceci est dû au fait que c’était ma première publication. Pour mes prochains livres, cela devrait mieux se passer.

Pensais-tu que ce serait si compliqué ?

Pas autant je dois l’avouer. Mais je m’attendais à avoir du fil à retordre. Donc j’y étais préparée mentalement.

Comment as-tu fait pour être publiée ?

 Je me publie moi-même, à partir d’une plateforme alternative qui aide les auteurs indépendants à se publier soi-même justement.

As-tu bénéficié d’un soutien (moral et/ou financier) ?

Au niveau de la famille ?

Oui, Mon petit frère au niveau financier et moral, mon amoureux niveau financier et moral encore une fois, et quelques membres de mon entourage qui ne lisent pas vraiment mais m’encourage tout de même à poursuivre mes rêves. Je les remercie d’ailleurs pour tout ce qu’ils ont fait pour moi.

Au niveau des organismes ?

Non, à moins que la plateforme de publication compte pour un organisme. Si c’est le cas, j’ai pu publier mon livre grâce à Bookelis.

 

D’accord, maintenant la promotion.

 

Comment as-tu procédé pour te faire connaître ?

Les réseaux sociaux, une tournée régionale dans les librairies, cartes d’affaires, signets, les plateformes d’écriture (Wattpad par exemple), fiche présentative que je vais épingler sur mes cartes d’affaire.

La version e-book d’une œuvre littéraire affiche un prix réduit par rapport à une version papier. Es-tu pour l’e-book ?

Oui parce que c’est meilleur pour l’environnement. Pour les personnes qui ont quelques soucis financiers mais qui adorent lire, c’est aussi un bon compromis.

 

Voyons maintenant ton opinion sur l’écriture.

 

Que représente l’écriture pour toi ?

C’est mon oxygène. Sans cela, je ne serais sans doute plus de ce monde. Très important pour garder une bonne santé mentale en ce qui me concerne. Si je n’écris pas pendant plus d’une semaine, ma tête devient surchargée.

Penses-tu qu’écrivain est un réel métier ou plus une passion ?

Cela dépend des cas. Pour moi, ce sont les deux parce que c’est autant de boulot qu’un travail jugé « normal », sinon plus lorsqu’on se publie soi-même. Et aussi parce qu’en même temps, c’est tellement plaisant qu’on n’a pas l’impression de travailler.

Penses-tu écrire toute ta vie ?

Je ne pense pas prendre ma retraite un jour. Même si je suis invalide, je vais certainement trouver le moyen de transmettre mes idées et mes histoires.

Voudrais-tu vivre de cette passion dévorante ?

Oui, enfin j’essaie.

Certaines personnes décrivent leur expérience, donne des ressources, des astuces sur leur site ou d’autres plateformes Internet. Que penses-tu de ces personnes ?

C’est très généreux de leur part. Pour des personnes qui débutent, avoir ce genre de témoignages fait toute la différence.

Es-tu pour le partage des connaissances, des ressources et astuces ?

Oui à 100% parce que c’est avec l’entraide qu’on arrive à progresser. Ce n’est certainement pas en gardant tout pour soi et en marchant sur les pieds des uns et des autres.

 

Un mot pour la fin ? Un message à transmettre ?

Volonté et persévérance. C’est la clé du succès je pense. Ah ! Aussi il faut toujours croire en ses rêves, peu importe si la vie ou ton entourage veut t’en dissuader. La vie va nous tester de mille et une façon pour savoir si nous avons le courage d’aller jusqu’au bout. Un rêve se construit peu à peu. C’est un chemin de vie. Alors si vous caressez le rêve d’être écrivain, vous savez ce que vous avez à faire.

 

C’est un très beau message d’encouragement M.A. Eh bien merci beaucoup pour ta participation. J’ai été ravie de t’interviewer. Je te souhaite d’y arriver dans ta quête d’aventures !!

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 08 Sept 2017