Introduction

Intro

En 1399 au château de Berkeck en Angleterre, trois hommes étaient réunis autour d'une table ronde pour jouer aux cartes. C'était la fête au château ce jour-là. Le premier chevalier était Baldwin, un chevalier assez petit par rapport aux autres. Il avait les cheveux bruns mi-long et portait une tunique rouge sous son armure. Le second se nommait Adolar, un homme au corps imposant, aux cheveux châtains et ondulés. Il était assis à gauche de Baldwin qui, lui, avait le dos tourné à la porte d'entrée. Il y avait aussi un autre chevalier aux cheveux courts assis en face de Baldwin. Ce dernier avait fini par remporter la partie, gagnant ainsi l'or et les terres (dont le château) mis en jeu par Adolar. Il mit ses gains dans un coffre puis demanda à un serviteur de l'emmener. Il mordit ensuite dans une cuisse de poulet qu’il jeta ensuite par derrière. Toutefois, Adolar n'était pas dupe. Il se leva et voulut serrer la main du gagnant. Seulement il lui secoua la main tellement fort qu'il finit par faire tomber toutes les cartes que Baldwin cachait dans sa cuirasse. Cela mit les deux joueurs en colère, Adolar sortit son épée d'un coup. Baldwin en fit de même mais sa lame tomba à terre. Quel malheur pour lui.

 

Adolar voulut lui donner un coup d'épée sur la tête mais Baldwin se protégea avec ce qui lui tombait sous la main, une cruche. Celle-ci se brisa et Baldwin jeta l'anse en plein sur le visage d'Adolar. Baldwin se servit d'une autre cruche en métal pour l'assommer. Il tenta ensuite de s'échapper mais l'autre chevalier lui barra la route. Il avait dans sa main un fléau d'arme, un manche avec une boule dotée de pics et reliée à celui-ci par une chaîne. Il voulut lui porter un coup mais Baldwin prit un énorme bougeoir en bois pour se protéger. Puis il enchaîna avec un petit meuble facilement détruit par le fléau. Il lui balança aussi mais le chevalier l'esquiva. Baldwin a pu se défaire de lui en tapant du pied sur la planche d'un banc, celle-ci se souleva pour finir entre les jambes du chevalier. Cela l'immobilisa quelque peu, juste le temps pour Baldwin de s'enfuir. Enfin, il aurait pu s'échapper s'il n'avait pas glissé sur la cuisse de poulet. En tombant, ses pieds firent trembler un support d'armes faisant ainsi chuter des hallebardes et autres armes sur lui. Deux hallebardes se plantèrent juste à côté de sa tête et une hache se planta entre ses jambes. Baldwin avait tantôt de la chance, tantôt de la malchance. Malheureusement, sa maladresse lui avait été fatale. Lorsqu'il se releva, les deux autres chevaliers lui barrèrent la route, leur épée pointée vers lui.

 

Baldwin recula tout en baragouinant jusqu'à la fenêtre au fond de la salle, lieu où il fut frappé par la foudre de façon assez étrange. Son corps avait disparu, ne laissant au sol que son armure. Adolar sourit alors que l'autre chevalier était surpris par ce qui venait de se passer. Ils allaient partir lorsque les bottes, encore fumantes à cause de la foudre, laissa s'échapper une fumée blanche formant la silhouette de Baldwin. Ce qu'ils ignoraient c'était que Baldwin était bien mort, mais il avait aussi été maudit à cause de ses filouteries. Le fantôme se mit à tousser et les deux chevaliers se retournèrent. « Vous avez vu ça ? Oh vous ne trouvez pas que ça sent le brulé ? » leur fit-il de sa voix aigue. L'un tourna de l'œil tandis qu'Adolar reculait d'un air effrayé, son épée tendue vers le fantôme. « Bah qu’est-ce qui vous arrive ? Je vous trouve un p’tit peu palot tout à coup. » Adolar lâcha son épée et recula encore jusqu’à une fenêtre. « C’est la cuisse de poulet qui ne passe pas ? Ahah ! Qu’est-ce qu’il a ? Seigneur Adolar, attention à la… »  L'appui de fenêtre, qui était assez basse, fit trébucher Adolar en arrière et le chevalier chuta à son tour. « Fenêtre », finit le fantôme. Le corps du chevalier fut entraîné dans les profondeurs de l'océan. Après cela, le château fut abandonné. Il était devenu tellement poussiéreux et plein de toiles d'araignées. Cinq cents ans s'écouleront avant que d'autres résidents viennent l'habiter.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire